Le saviez-vous, la fin de la Grande Muraille de Chine plonge dans la mer, au bord du golfe de Bohai. Cet endroit est connu sous le nom de passe de Shanhai et on la surnomme également la « tête du vieux dragon ».

La Grande Muraille de Chine vous intéresse ? On vous dit tout de cette construction chinoise majeure.

-

Pourquoi la Grande Muraille de Chine a-t-elle été construite ?
Historiquement, la Grande Muraille de Chine a été construite pour fortifier la frontière nord de la Chine. La Grande Muraille a été le théâtre de multiples batailles et escarmouches entre les Chinois et divers peuples au cours de l'histoire, notamment les Xiongnu sous la dynastie Qin, les Khitans sous la dynastie Song et les Mongols sous la dynastie Ming.

Quelle est la longueur de la Grande Muraille de Chine ?
La longueur totale de tous les tronçons de la Grande Muraille de Chine jamais construits s'élève à environ 21 196 kilomètres (13 171 miles), y compris les tronçons reconstruits qui se chevauchent. Le mur construit sous la dynastie Ming, la section la mieux préservée, mesure environ 8 850 kilomètres (5 499 miles).

Quel âge a la Grande Muraille de Chine ?
Les historiens considèrent généralement que les murs défensifs construits au cours de la période des Printemps et Automnes (770-476 avant J.-C.) et de la période des États combattants (475-221 avant J.-C.) sont les premières sections de ce qui allait devenir la structure connue sous le nom de Grande Muraille de Chine, ce qui donne à la muraille un âge de près de 3 000 ans.

Peut-on voir la Grande Muraille de Chine depuis l'espace ?
En général, on ne peut pas voir la Grande Muraille de Chine depuis l'espace. Ce mythe populaire a été réfuté lorsque des astronautes ont déclaré que la Grande Muraille de Chine n'était pas visible à l'œil nu depuis la Lune. En raison de sa coloration et de sa pollution, la structure n'est que parfois visible depuis l'orbite basse et la Station spatiale internationale.

muraille de chine

La Grande Muraille de Chine, en chinois (pinyin) Wanli Changcheng ou (romanisation Wade-Giles) Wan-li Ch'ang-ch'eng ("10 000 Li Long Wall"),  est un vaste rempart érigé dans la Chine ancienne, l'un des plus grands projets de construction de bâtiments jamais entrepris. La Grande Muraille se compose en fait de nombreux murs - dont beaucoup sont parallèles les uns aux autres - construits pendant quelque deux millénaires à travers le nord de la Chine et le sud de la Mongolie. La version la plus étendue et la mieux préservée de la muraille date de la dynastie Ming (1368-1644) et s'étend sur quelque 8 850 km d'est en ouest, du mont Hu près de Dandong, dans le sud-est de la province du Liaoning, au col de Jiayu à l'ouest de Jiuquan, dans le nord-ouest de la province du Gansu. Cette muraille suit souvent les lignes de crête des collines et des montagnes en serpentant à travers la campagne chinoise, et environ un quart de sa longueur est constitué uniquement de barrières naturelles telles que des rivières et des crêtes montagneuses. La quasi-totalité du reste (environ 70 % de la longueur totale) est constituée de murs construits, les petits tronçons restants constituant des fossés ou des douves. Bien que de longues sections de la muraille soient aujourd'hui en ruines ou aient complètement disparu, elle reste l'une des structures les plus remarquables de la planète. La Grande Muraille a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987.

De grandes parties du système de fortification datent du 7e au 4e siècle avant Jésus-Christ. Au 3e siècle avant J.-C., Shihuangdi (Qin Shihuang), le premier empereur de la Chine unifiée (sous la dynastie Qin), a relié un certain nombre de murs défensifs existants en un seul système. Traditionnellement, le terminus oriental du mur était considéré comme étant le col de Shanhai (Shanhaiguan) dans la province orientale du Hebei, le long de la côte du Bo Hai (golfe de Chihli), et la longueur du mur - sans ses branches et autres sections secondaires - était considérée comme s'étendant sur environ 6 700 km. Cependant, des enquêtes commanditées par le gouvernement qui ont commencé dans les années 1990 ont révélé des sections de mur dans le Liaoning, et la surveillance aérienne et par satellite a finalement prouvé que ce mur s'étendait sans interruption à travers une grande partie de la province. La plus grande longueur totale du mur Ming a été annoncée en 2009.

Histoire de la construction de la Grande Muraille de Chine

La Grande Muraille s'est développée à partir des fortifications frontalières et des châteaux disparates des différents royaumes chinois. Pendant plusieurs siècles, ces royaumes ont probablement été aussi préoccupés par la protection contre leurs voisins proches que par la menace d'invasions ou de raids barbares.

Les premières constructions

Vers le VIIe siècle avant notre ère, l'État de Chu a commencé à construire un système défensif permanent. Connue sous le nom de "mur carré", cette fortification était située dans la partie nord de la province capitale du royaume. Du 6e au 4e siècle, d'autres États ont suivi l'exemple de Chu. Dans la partie méridionale de l'État de Qi, un vaste mur d'enceinte a été progressivement créé à l'aide de digues de rivière existantes, de remparts nouvellement construits et de zones montagneuses infranchissables. Le mur de Qi était principalement fait de terre et de pierre et se terminait sur les rives de la mer Jaune. Dans l'État de Zhongshan, un système de murs a été construit pour contrecarrer l'invasion des États de Zhao et de Qin au sud-ouest. Il y avait deux lignes défensives dans l'État de Wei : les murs de Hexi ("ouest du fleuve [Jaune]") et de Henan ("sud du fleuve"). Le mur Hexi était une fortification contre l'État Qin et les nomades occidentaux. Construit sous le règne du roi Hui (370-335 avant J.-C.), il a été étendu à partir des digues de la rivière Luo sur la frontière occidentale. Elle commençait au sud près de la grotte de Xiangyuan, à l'est du mont Hua, et se terminait à Guyang, dans ce qui est aujourd'hui la région autonome de Mongolie intérieure. Le mur du Henan, construit pour protéger Daliang (la capitale, aujourd'hui Kaifeng), a été réparé et étendu au cours des dernières années du roi Hui. L'État de Zheng a également construit un système de murs, qui a été reconstruit par l'État de Han après sa conquête de Zheng. L'État de Zhao a achevé un mur sud et un mur nord ; le mur sud a été construit principalement pour se défendre contre l'État de Wei.

Après la réorganisation administrative menée par Shang Yang (mort en 338 avant notre ère), l'État Qin s'est développé politiquement et militairement pour devenir le plus fort des sept États, mais il était fréquemment attaqué par les Donghu et les Loufan, deux peuples nomades du nord. C'est pourquoi les Qin ont érigé un mur qui partait de Lintiao, allait vers le nord le long des montagnes Liupan et se terminait au Huang He (fleuve Jaune).

Dans l'état Yan, deux lignes défensives distinctes ont été préparées - le mur du nord et le mur Yishui - dans le but de défendre le royaume contre les attaques de groupes du nord tels que les Donghu, les Linhu et les Loufan, ainsi que contre l'état Qi au sud. Le mur de Yishui a été étendu à partir de la digue de la rivière Yi comme ligne de défense contre Qi et Zhao, ses deux principaux états rivaux. Il commençait au sud-ouest de la ville de Yi, la capitale, et se terminait au sud de Wen'an. En 290 avant J.-C., l'État Yan a construit le Mur du Nord le long des monts Yan, en partant du nord-est dans la région de Zhangjiakou dans le Hebei, en passant par la rivière Liao, et en s'étendant jusqu'à l'ancienne ville de Xiangping (Liaoyang moderne). Ce fut le dernier segment de la Grande Muraille à être érigé pendant la période Zhanguo (États en guerre).

En 221 avant J.-C., Shihuangdi, le premier empereur Qin, achève l'annexion de Qi et unifie ainsi la Chine. Il ordonna la suppression des fortifications mises en place entre les États précédents, car elles ne servaient qu'à entraver les mouvements internes et l'administration. En outre, il envoie le général Meng Tian pour tenir garnison à la frontière nord contre les incursions des nomades Xiongnu et pour relier les segments de mur existants à Qin, Yan et Zhao en une "longue muraille de 10 000 li" (2 li équivalent à environ 0,6 mile [1 km]). Cette période de construction a commencé vers 214 avant notre ère et a duré une décennie. Des centaines de milliers de soldats et de travailleurs conscrits ont travaillé sur le projet. Cependant, avec la chute de la dynastie Qin après la mort de Shihuangdi, la muraille n'a pratiquement pas été défendue et est tombée en ruine.

Les dynasties Han à Yuan

Sous le règne de l'empereur Han Wudi (141-87 avant J.-C.), la muraille est renforcée dans le cadre d'une campagne globale contre les Xiongnu. À partir de cette période, la Grande Muraille a également contribué à l'exploitation des terres agricoles dans le nord et l'ouest de la Chine et à la croissance de la route commerciale connue sous le nom de "route de la soie". En 121 avant notre ère, un projet de construction de 20 ans a été lancé sur le mur Hexi (généralement connu sous le nom de mur latéral) entre Yongdeng (aujourd'hui dans le Gansu) à l'est et le lac Lop Nur (aujourd'hui dans le Xinjiang) à l'ouest. Selon le Juyan Hanjian ("Correspondance des Han"), les points forts installés le long du mur comprenaient "une balise tous les 5 li, une tour tous les 10 li, un fort tous les 30 li et un château tous les 100 li."

Les principaux travaux sur la muraille pendant la période Dong (Est) Han (25-220 CE) ont eu lieu sous le règne de Liu Xiu (Guangwudi), qui en 38 a ordonné la réparation de quatre lignes parallèles de la Grande Muraille dans la zone située au sud du mur Hexi. La Grande Muraille ne servait pas seulement à la défense, mais aussi à centraliser le contrôle du commerce et des déplacements.

Pendant la dynastie Bei (Nord) Wei (386-534/535 CE), la Grande Muraille a été réparée et étendue pour se défendre contre les attaques des tribus Juan-juan et Khitan au nord. Selon le Wei shu : Mingyuandi Ji ("Histoire de Wei : Chronique de l'empereur Mingyuan"), en 417, la huitième année du règne de Mingyuandi (409-423), une partie de la Grande Muraille a été construite au sud de Changchuan, de Chicheng (aujourd'hui dans le Hebei) à Wuyuan (aujourd'hui en Mongolie intérieure) à l'ouest, s'étendant sur plus de 620 miles (1 000 km). Sous le règne de Taiwudi (423-452), un mur plus bas et plus fin en terre battue a été construit autour de la capitale pour compléter la Grande Muraille. Partant de Guangling à l'est, il s'étendait jusqu'au côté est du Huang He, formant un cercle autour de Datong. En 549, après que le royaume de Dong Wei ait déplacé sa capitale à l'est, à Ye, il a également construit un segment de la Grande Muraille dans la région de la province actuelle du Shanxi.

Afin de renforcer sa frontière nord et d'empêcher l'invasion des Bei Zhou par l'ouest, le royaume de Bei Qi (550-577) a lancé plusieurs grands projets de construction d'une ampleur presque aussi grande que ceux de la dynastie Qin. En 552, un segment a été construit sur la frontière nord-ouest, et seulement trois ans plus tard, l'empereur a ordonné le recrutement de 1,8 million d'ouvriers pour réparer et étendre d'autres sections. La construction a eu lieu entre l'entrée sud du col de Juyong (près de l'actuel Beijing) et Datong (dans le Shanxi). En 556, une nouvelle fortification est mise en place à l'est et s'étend jusqu'à la mer Jaune. L'année suivante, un deuxième mur a été construit à l'intérieur de la Grande Muraille dans le Shanxi moderne, commençant dans les environs de Laoying à l'est de Pianguan, s'étendant vers l'est au-delà du col de Yanmen et du col de Pingxing, et se terminant dans la région de Xiaguan dans le Shanxi. En 563, l'empereur Wuchengdi des Bei Qi fit réparer un segment le long des monts Taihang. C'est la partie de la Grande Muraille que l'on trouve aujourd'hui dans la région de Longguan, Guangchang et Fuping (dans le Shanxi et le Hebei). En 565, le mur intérieur construit en 557 a été réparé et un nouveau mur a été ajouté, qui partait des environs de Xiaguan, s'étendait jusqu'au col de Juyong à l'est, puis était relié au mur extérieur. Les segments réparés et ajoutés au cours de la période Bei Qi totalisent quelque 900 miles (1 500 km), et des villes et des casernes sont établies à intervalles réguliers pour assurer la garnison des nouvelles sections. En 579, afin d'empêcher les invasions du royaume de Bei Zhou par les Tujue (un groupe de Turcs orientaux) et les Khitan, l'empereur Jing a lancé un programme de reconstruction massive des zones du mur situées dans l'ancien royaume de Bei Qi, en commençant par Yanmen à l'ouest et en terminant par Jieshi à l'est.

muraille de chine

Pendant la dynastie Sui (581-618), la Grande Muraille a été réparée et améliorée à sept reprises afin de défendre le pays contre les attaques des Tujue. Après que la dynastie Tang (618-907) a remplacé les Sui, le pays est devenu beaucoup plus fort militairement, battant les Tujue au nord et s'étendant au-delà de la frontière originale. Ainsi, la Grande Muraille a progressivement perdu de son importance en tant que fortification, et il n'était plus nécessaire de la réparer ou de la compléter. Cependant, pendant la dynastie Song (960-1279), les peuples Liao et Jin au nord constituaient une menace constante. Les souverains Song ont été contraints de se retirer au sud des lignes de la Grande Muraille construite par les dynasties Qin, Han et du Nord. De nombreuses régions situées de part et d'autre de la muraille ont ensuite été occupées par les dynasties Liao (907-1125) et Jin (1115-1234). Lorsque les souverains Song ont dû se retirer encore plus loin, au sud du fleuve Yangtze (Chang Jiang), il n'était plus possible de réparer le mur ou de l'étendre. Des réparations limitées ont été effectuées une fois (1056) à l'époque Liao, mais uniquement dans la zone située entre les rivières Yazi et Huntong.

En 1115, après l'établissement de la dynastie Jin, des travaux furent effectués sur deux lignes défensives à Mingchang. L'ancien mur de Mingchang, appelé auparavant mur Wushu ou fort Jinyuan, partait d'un point situé au nord de Wulanhada vers l'ouest, traversait les monts Hailatu, tournait vers le nord, puis de nouveau vers l'ouest, pour se terminer à la rivière Nuanshui. La deuxième de ces lignes était le nouveau mur de Mingchang, également appelé mur intérieur de Jin ou tranchée de Jin, qui a été construit au sud de l'ancien mur. Elle partait à l'ouest d'un coude du Huang He et se terminait à la rivière Sungari (Songhua).

Pendant la dynastie Yuan (mongole) (1206-1368), les Mongols contrôlaient toute la Chine, ainsi que d'autres régions d'Asie et des parties de l'Europe. En tant que structure défensive, la Grande Muraille n'avait que peu d'importance pour eux ; cependant, certains forts et zones clés ont été réparés et pourvus de garnisons afin de contrôler le commerce et de limiter la menace de rébellions de la part des Chinois (Han) et d'autres nationalités.

De la dynastie Ming à nos jours

Les souverains de la dynastie Ming (1368-1644) n'ont cessé d'entretenir et de renforcer la Grande Muraille afin de prévenir une nouvelle invasion mongole. La majorité des travaux ont eu lieu le long des anciens murs construits par les Bei Qi et les Bei Wei.

La majeure partie de la Grande Muraille actuelle est le résultat de travaux effectués sous le règne de l'empereur Hongzhi (1487-1505). Commençant à l'ouest du col de Juyong, cette partie de la muraille était divisée en lignes sud et nord, respectivement appelées murs intérieur et extérieur. Le long du mur se trouvaient de nombreux "cols" (c'est-à-dire des forteresses) et portes stratégiques. Parmi eux se trouvaient les cols de Juyong, Daoma et Zijing, les trois plus proches de la capitale Ming, Beijing. Ensemble, ils étaient appelés les trois cols intérieurs. Plus à l'ouest se trouvaient les cols de Yanmen, Ningwu et Piantou, appelés les trois cols extérieurs. Les cols intérieurs et extérieurs étaient d'une importance capitale pour la protection de la capitale et étaient généralement dotés de fortes garnisons.

Après le remplacement des Ming par la dynastie Qing (mandchoue) (1644-1911/12), il y a eu un changement de stratégie de domination appelé huairou ("apaisement"), dans lequel les Qing ont essayé d'apaiser les dirigeants et les peuples de Mongolie, du Tibet et d'autres nationalités en n'interférant pas dans la vie sociale, culturelle ou religieuse locale. En raison du succès de cette stratégie, la Grande Muraille fut réparée moins fréquemment et tomba progressivement en ruine.

Tradition et conservation

La Grande Muraille est depuis longtemps intégrée à la mythologie et au symbolisme populaire chinois, et au XXe siècle, elle a été considérée comme un symbole national. Au-dessus de la porte Est (Dongmen) du col de Shanhai se trouve une inscription attribuée à l'historien médiéval Xiao Xian, qui se traduit par "Premier col sous le ciel", en référence à la division traditionnelle entre la civilisation chinoise et les terres barbares au nord.

Malgré l'importance culturelle du mur, des routes l'ont traversé à plusieurs endroits et de vastes sections ont souffert de siècles d'abandon. Dans les années 1970, un segment près de Simatai (110 km au nord-est de Pékin) a été démantelé pour obtenir des matériaux de construction, mais il a ensuite été reconstruit. D'autres zones ont également été restaurées, notamment juste au nord-ouest du col de Jiayu, à la limite ouest du mur, au col de Huangya, à quelque 170 km au nord de Tianjin, et à Mutianyu, à environ 90 km au nord-est de Pékin. Le tronçon le plus connu, à Badaling (70 km au nord-ouest de Pékin), a été reconstruit à la fin des années 1950 et attire désormais des milliers de touristes nationaux et étrangers chaque jour. Certaines parties du mur autour du col de Shanhai et au Mont Hu, le terminus oriental, avaient également été reconstruites en 2000.

Rédaction en coopération avec BizChine, le magazine spécialiste de la Chine.

muraille de chine