Il existe plusieurs façons d'identifier les avions par type. La principale distinction est celle entre ceux qui sont plus légers que l'air et ceux qui sont plus lourds que l'air. Et vous retrouvez les deux types parmi les expériences aériennes que nous vous proposons sur Tematis.

Plus léger que l'air

Les aéronefs tels que les ballons ou montgolfières, les dirigeables non rigides et les dirigeables sont conçus pour contenir dans leur structure un volume suffisant qui, lorsqu'il est rempli d'un gaz plus léger que l'air (air chauffé, hydrogène ou hélium), déplace l'air ambiant environnant et flotte, comme le fait un bouchon sur l'eau. Les ballons ne sont pas dirigeables et dérivent au gré du vent. Les dirigeables non rigides, qui ont connu un regain d'utilisation et d'intérêt, n'ont pas de structure rigide mais une forme aérodynamique définie, qui contient des cellules remplies de l'agent de levage. Ils ont une source de propulsion et peuvent être contrôlés dans les trois axes de vol. Les dirigeables ne sont plus utilisés, mais il s'agissait d'engins plus légers que l'air dotés d'une structure interne rigide, généralement très grande, et capables d'atteindre des vitesses relativement élevées. Il s'est avéré impossible de construire des dirigeables suffisamment solides pour résister à une utilisation régulière dans toutes les conditions météorologiques, et la plupart d'entre eux ont subi des catastrophes, soit en se brisant dans une tempête, comme ce fut le cas des vaisseaux américains Shenandoah, Akron et Macon, soit en raison de l'inflammation de l'hydrogène, comme ce fut le cas du Hindenburg allemand en 1937.

Plus lourd que l'air

Ce type d'aéronef doit disposer d'une source d'énergie pour fournir la poussée nécessaire à l'obtention de la portance. Les cerfs-volants sont des engins plus lourds que l'air simples. Il s'agit généralement d'une structure à surface plane, souvent dotée d'une "queue" stabilisatrice, attachée par une bride à une corde maintenue au sol. La portance est assurée par la réaction au vent de la surface retenue par la ficelle.

Un autre type d'aéronef sans pilote est le véhicule aérien sans pilote (UAV), communément appelé drone ou parfois véhicule piloté à distance (RPV). Ces appareils sont radiocommandés depuis les airs ou le sol et sont utilisés à des fins scientifiques et militaires.

Les véhicules plus lourds que l'air non motorisés et habités doivent être lancés pour obtenir une portance. Il s'agit notamment des deltaplanes, des planeurs et des planeurs à voile.

Les deltaplanes sont des aéronefs de configurations diverses dans lesquels le pilote est suspendu sous l'aile (généralement en tissu) pour assurer la stabilité et le contrôle. Ils sont normalement lancés depuis un point élevé. Aux mains d'un pilote expérimenté, les deltaplanes sont capables de planer (en utilisant des colonnes d'air ascendantes pour obtenir un mouvement de glissement vers le haut).

Les planeurs sont généralement utilisés pour l'entraînement au vol et ont la capacité de parcourir des distances raisonnables lorsqu'ils sont catapultés ou remorqués dans les airs, mais ils n'ont pas la sophistication dynamique des planeurs. Ces engins sophistiqués non motorisés ont des ailes d'un rapport d'aspect inhabituellement élevé (c'est-à-dire une grande envergure par rapport à la largeur de l'aile). La plupart des planeurs sont remorqués jusqu'à l'altitude de lancement, bien que certains utilisent de petits moteurs auxiliaires rétractables. Ils sont capables d'utiliser les thermiques (courants plus flottants que l'air ambiant, généralement causés par une température élevée) et la portance orographique pour monter à une altitude plus élevée et planer sur de grandes distances. La portance orographique résulte de l'effet mécanique du vent soufflant contre un élément de terrain tel qu'une falaise. La force du vent est déviée vers le haut par la face du terrain, ce qui crée un courant d'air ascendant.

Les ultralégers ou ULM, qui n'étaient à l'origine que des deltaplanes adaptés à la motorisation par l'installation de petits moteurs semblables à ceux utilisés dans les tronçonneuses, sont devenus des aéronefs spécialement conçus, de poids et de puissance très faibles, mais dont les qualités de vol sont similaires à celles des avions légers classiques. Ils sont principalement destinés au vol de plaisance, bien que des modèles avancés soient maintenant utilisés pour la formation, les patrouilles de police et d'autres tâches, y compris une utilisation proposée au combat.

Des appareils expérimentaux ont été conçus pour utiliser l'énergie humaine et solaire. Il s'agit d'avions très légers et sophistiqués, conçus à l'aide d'ordinateurs et des matériaux les plus modernes. Paul MacCready, de Pasadena, en Californie (États-Unis), a été le principal représentant de cette discipline ; il s'est d'abord fait connaître avec le Gossamer Condor à propulsion humaine, qui a effectué un parcours court en 1977. Deux de ses derniers modèles, le Gossamer Albatross à propulsion humaine et le Solar Challenger à propulsion solaire, ont traversé la Manche avec succès. D'autres chercheurs ont poursuivi le travail de MacCready et un hélicoptère à propulsion humaine a été piloté. Les aéronefs à énergie solaire sont semblables aux aéronefs à propulsion humaine, sauf qu'ils utilisent des panneaux solaires pour convertir directement l'énergie du soleil en moteur électrique.

Retrouvez toutes nos expériences aériennes et baptêmes de l'air.

aviation