Comment explorer les récifs coralliens tout en contribuant à leur sauvegarde

Ce n'est un secret pour personne que les récifs coralliens du monde entier sont aujourd'hui en grande difficulté. Leurs perspectives d'avenir sont aussi bien menacées par le changement climatique que la surpêche ! Lesscientifiques prévoient même que si aucune action drastique n'est mise en oeuvre, presque tous ces incroyables écosystèmes disparaîtront d'ici 2050.
Mais si le pronostic est sombre, ceux qui les visitent et les apprécient peuvent jouer un rôle non négligeable pour les sauver, en modifiant leurs comportements et en faisant des choix éclairés. Voici donc quelques conseils sur la façon dont chacun peut faire en sorte que ces forêts tropicales marines, du Triangle de Corail au Caraïbes, puissent être appréciées par les générations à venir.

Limitez votre utilisation de plastique
Sauver les récifs coralliens, qui renferment au passage un quart de toutes les espèces marines et permettent à un demi-milliards de personnes de vivre, ne comence pas dans l'eau mais sur la terre ferme. L'une des plus grandes menaces pour la vie marine est celle du plastique. Celui-ci ne disparaît en effet jamais vraiment. Au lieu de cela, il se décomposer en minuscules morceaux appelés microplastiques. Or, si le plastique intact ne tue pas la vie marine, les produits chimiques qui s'accrochent à ces microfragments peuvent être très toxiques pour les animaux qui les ingèrent. Avec cinq milliards de morceaux de plastique déjà présents dans nos océans, éviter les articles à usage unique tels quel les sacs, les bouteilles et les pailles peut aider à ne pas aggraver ce problème colossal.
 
Préférez des voyagistes éco-certifiés
Faire un effort pour choisir les opérateurs de tourisme marin les plus responsables tout en voyageant peut également aider à sauver les récifs coralliens. La première étape consiste à s'assurer que les opérateurs possèdent une licence et que leurs guides sont certifiés. Idéalement, les opérateurs détiendront également une forme d'éco-certification nationale ou internationale. Si cette information n'est pas disponible sur le site Web de l'entreprise, posez des questions. Comment l'entreprise éduque-t-elle ses clients sur l'environnement local et la vie marine? Quelles mesures spécifiques faut-il prendre pour minimiser son propre impact sur l'écosystème local? Exécute-t-il ou participe-t-il à des initiatives de conservation locales telles que le nettoyage des plages? Vous pourriez avoir à débourser quelques euros de plus pour prendre un écotour légitime, mais regardez-le comme un investissement dans l'environnement.

Devenez un scientifique citoyen
Un nombre croissant de fondations de protection, de parcs nationaux et d'hôtels respectueux de l'environnement à travers le monde dirigent des programmes de scientifiques citoyens qui permettent aux voyageurs de jouer un rôle actif dans la protection à long terme des récifs coralliens. Par exemple, les scientifiques qui surveillent la Grande Barrière australienne - qui couvre près de 348 000 kilomètres carrés - s'appuient sur l'application Eye on the Reef de l'Autorité du parc marin de la Grande Barrière de Corail, qui permet de télécharger des images et des enregistrements. Autant de documents qui aident les autorités dans leur travail de conservation.

Devenez bénévole dans un projet de conservation des récifs
Un large éventail de projets de conservation marine sont maintenant offerts par la plupart des organisations de volontariat dans des destinations très diverses, allant de l'Indonésie aux Maldives, ou des Fidji aux Açores. Les projets peuvent vous aider à participer à des initiatives de conservation, notamment le nettoyage des plages, la sensibilisation des communautés, la surveillance physique des récifs coralliens et de la vie marine, et même la replantation de fragments coralliens sains sur des récifs endommagés ou blanchis. Avec de nombreux projets, y compris un cours de plongée sous-marine, c'est un excellent moyen de redonner au récif tout en décrochant votre certification !

Touchez avec les yeux
Composé de centaines de milliers de minuscules animaux appelés polypes, les coraux sont plus délicats qu'ils peuvent sembler. Veillez à pratiquer une flottabilité neutre lorsque vous faites de la plongée sous-marine et soyez toujours attentif à vos palmes lorsque vous pratiquez la plongée sous-marine ou au tuba : remuer les sédiments avec vos nageoires peut en effet étouffer les coraux. Même si un corail n'est pas visiblement blessé, le transfert d'huiles et de bactéries sur la peau humaine peut rendre ces invertébrés fragiles plus vulnérables aux maladies et à la mort.

Choisissez des fruits de mer durables
Vous pouvez aider à sauver les récifs coralliens simplement en prenant des décisions plus éclairées sur le type de fruits de mer que vous mangez et quand. Environ un tiers de toutes les espèces de poissons d'eau salée vivent au moins une partie de leur vie sur les récifs coralliens et tous jouent un rôle important dans la santé de ces habitats. La surpêche des populations de poissons-perroquets et de chirurgiens, par exemple, permet à des algues de se développer sans surveillance, ce qui fait que certains écosystèmes de récifs coralliens se transforment de paysages marins en technicolor à des champs d'algues et de décombres. Vous pouvez éviter de faire partie du problème en vérifiant si votre destination de voyage a un guide de fruits de mer durable (le World Wildlife Fund a des guides gratuits dans plus de 20 pays) et évitez les fruits de mer hors saison proposés sur les menus des restaurants.

Utilisez un écran solaire récifal
On n'y pense pas forcément, mais une étude des îles Vierges américaines publiée en 2015 a révélé que les produits chimiques communs utilisés dans la crème solaire étaient responsables de l'élimination des récifs coralliens locaux. Le plus mauvais contrevenant a été trouvé à l'oxybenzone qui peut endommager l'ADN du corail, ce qui rend les coraux d'apparence saine stériles. Oxybenzone et autres composés UV-absorbants (y compris le méthoxycinnamate) peuvent également causer le blanchiment en abaissant la température à laquelle les coraux se décolorent lorsqu'ils sont exposés à un stress thermique prolongé. Même certains ingrédients trouvés dans les filtres solaires « naturels » ou « organiques » peuvent être toxiques. La lavande et l'eucalyptus, par exemple, ont des applications comme insectifuges, suggérant qu'ils peuvent également être toxiques pour les invertébrés. Avec un nombre croissant de marques d'écrans solaires évitant activement ces ingrédients nocifs, il est plus facile de faire un choix raisonné pour les récifs.

Évitez de ponctionner les produits coralliens (évidemment !)
Le corail peut prendre des décennies pour arriver à maturité, et s'il est récolté, les lits coralliens environnants ne se rétablissent pas. Les colonies de coraux rouges de la Méditerranée, par exemple, ne représentent plus que 25% de leur récolte initiale. Ainsi, en achetant des bijoux en corail (que beaucoup de grandes marques mondiales de bijoux, dont Tiffany & Co, ne vendent plus) et d'autres types de souvenirs de corail lors de vos voyages, vous contribuez directement au déclin des coraux à travers le monde. Collecter des fragments de coraux morts de la plage pour les ramener chez vous est même devenu illégal dans certains pays.