Faire une randonnée en motoneige c'est explorer la nature tout en profitant de bonnes sensations et émotions. Voici tout ce qu'il faut savoir sur la motoneige.

Tout savoir sur la motoneige

Tout comme le récepteur GPS et l'aérosol, la motoneige tire ses origines de la technologie militaire.

Les chenilles en caoutchouc utilisées sur les véhicules militaires hors route s'étaient avérées pratiques par temps hivernal, et Joseph-Armand Bombardier de Québec, au Canada, a initialement adapté cette conception pour créer de grands véhicules multi-passagers. Au fil du temps, Bombardier a affiné sa conception. Son premier «Ski-Doo» vendu en 1959 et Bombardier Industries demeure aujourd'hui un chef de file dans l'industrie de la motoneige.

Motoneige, un véhicule motorisé à un ou deux passagers avec un ou deux skis à l'avant et une chenille continue à moteur simple ou double pour la propulser. Les motoneiges suivent presque toutes la conception de base des skis, du réservoir de carburant, du moteur et des sièges du conducteur. Ils sont dirigés par des guidons qui contrôlent les skis et en décalant la position du conducteur. L'accélération et le freinage sont contrôlés par des commandes d'accélérateur et de frein à pression sur le guidon.

RETROUVEZ NOS RANDONNEES EN MOTONEIGE

L'origine de la motoneige

Dans les années 1920, un prototype de motoneige était un traîneau dirigé par des skis et propulsé par une hélice d'avion. Les premiers véhicules, en raison du poids des moteurs disponibles à l'époque, devaient être volumineux pour répartir le poids sur la neige. Au début des années 1950, l'avènement de moteurs plus petits et plus légers a permis à Joseph-Armand Bombardier, un Canadien, de développer une petite motoneige. En 1959, une motoneige à un ou deux passagers à succès commercial a été fabriquée et commercialisée. La motoneige est rapidement devenue un véhicule récréatif populaire en Amérique du Nord.

Les machines ont acquis une large acceptation et popularité parmi les amateurs de plein air pour la pêche d'hiver ou la chasse. Les safaris en motoneige sont transformés en zones auparavant inaccessibles des parcs nationaux et d'État, bien que dans les années 1980, les autorités aient cherché à restreindre cette activité en raison du bruit et des dommages causés à la faune et à la flore. Les motoneiges de course sont devenues un sport d'hiver populaire en Amérique du Nord et en Europe. Au milieu des années 1970, la course professionnelle était établi. Des vitesses de plus de 160 km / h (100 mph) ont été atteintes.

Motoneige récréatives et utilitaires

Bien qu'environ 80% de l'utilisation annuelle de la motoneige soit de nature récréative, les machines sont également utilisées à des fins utilitaires, telles que les travaux de sauvetage hivernal, la vérification des terres forestières, la réparation des lignes électriques et téléphoniques et le transport hivernal des écologistes professionnels. La Gendarmerie royale du Canada et les Esquimaux les ont trouvés utiles pour le travail effectué auparavant par le traîneau à chiens. Les Lapons utilisent parfois les machines pour l'élevage des rennes. Ils ont été testés pour une utilisation militaire possible.

En 2011, il y avait plus de deux millions et demi de motoneiges immatriculées rien qu'en Amérique du Nord. Les associations et clubs de motoneige organisés aux États-Unis et au Canada ont joué un rôle déterminant dans l'établissement d'un réseau de plus de 230 000 milles de sentiers balisés et entretenus qui traversent des terres publiques et privées. Accidents et dommages résultant d'une utilisation imprudente et imprudente des machines, ensemble avec leur effet de gibier effrayant, a suscité de nombreux appels pour un contrôle gouvernemental accru de l'utilisation de la motoneige.

Le fonctionnement de la motoneige

Les moteurs de motoneige sont très similaires aux moteurs des motomarines. Les modèles de tourisme plus lourds ont tendance à utiliser le moteur à quatre temps, tandis que les modèles plus légers et plus sportifs utilisent le moteur à deux temps.

Un moteur automobile envoie de la puissance à travers un arbre de transmission, qui fait directement tourner l'essieu et les roues de la voiture. Cependant, un moteur de motoneige est relié à un entraînement à chenilles, qui fait tourner les chenilles. Les roues d'une motoneige sont essentiellement de gros engrenages avec des dents espacées uniformément avec des trous dans les chenilles. Chaque rotation des engrenages propulse les chenilles et fait avancer la motoneige. Plus le moteur est rapide, plus les engrenages tournent vite et plus les chenilles se déplacent rapidement.

Les motoneiges ont également un système d'embrayage qui est essentiellement un type de CVT (transmission à variation continue) à poulie. Ce système se compose de deux poulies, ou embrayages, reliés par une courroie d'entraînement. L'embrayage primaire se trouve sur le vilebrequin du moteur. Un ressort de pression retient les deux primaires se divise en deux lorsque le régime du moteur est bas. Lorsque le moteur commence à accélérer, les poids de l'embrayage génèrent suffisamment de force centrifuge pour fermer l'embrayage, permettant à la courroie de bouger librement et de transmettre la puissance.

L'embrayage secondaire se connecte à la transmission par chenilles, qui fait tourner les roues et alimente les chenilles. Un ressort dans l'embrayage secondaire actionne les cames (cales), qui sont sensibles au couple. Au fur et à mesure que le régime du moteur augmente et que le primaire transmet la puissance, ces cames se serrent ensemble et resserrent la courroie. Le processus se poursuit alors que la motoneige accélère. Une fois qu'il atteint sa vitesse de pointe, l'embrayage primaire se ferme, déplaçant la courroie dans un «rapport» supérieur. Comme la motoneige a besoin de moins de puissance pour accélérer que pour démarrer, l'embrayage secondaire s'ouvre.

Contrairement à une transmission manuelle ou automatique, ce système est continu et peut aller et venir en douceur entre un nombre infini de "vitesses" en fonction de la vitesse et de la puissance nécessaire.

Les chenilles de motoneige sont comme des chenilles de char, avec quelques différences importantes. Ils sont faits de matériaux légers comme le caoutchouc pour plus de mobilité et de vitesse, tandis que les chenilles de réservoir sont faites de matériaux rigides, car ils doivent résister aux commotions et aux explosions tout en portant des poids lourds. Les chenilles de réservoir servent généralement à diriger et à propulser le véhicule, tandis qu'un mécanisme de guidon / ski dirige les motoneiges.

Dans les deux cas, les chenilles réussissent là où les roues échouent souvent - elles répartissent le poids du véhicule sur une plus grande surface, ce qui lui permet de se déplacer sur un terrain mou, glissant ou instable où les véhicules à roues sont incapables de gagner en traction. Les chenilles empêchent une motoneige lourde de s'enfoncer dans la neige molle, tout comme des skis longs et plats et des raquettes larges et plates répartissent le poids d'une personne sur une plus grande surface.

Comment conduire une motoneige

Vous dirigez une motoneige en tournant le guidon, à peu près de la même manière que vous conduisez un vélo ou une moto. Le guidon se connecte à une potence montée près de l'avant de la motoneige, qui à son tour se connecte à des skis montés sur un support au bas de la motoneige. Tourner le guidon fait tourner les skis dans le même sens.

Les skis de motoneige sont disponibles en différentes largeurs et tailles pour différents terrains, ainsi que des modèles à simple ou double ski. Des skis plus larges déplacent le poids de la motoneige sur une plus grande surface, lui permettant de «flotter» plus haut sur la neige, tandis que des skis plus étroits permettent des virages plus nets.

Les amortisseurs jouent un grand rôle dans la fourniture d'une conduite confortable et stable. Les ressorts et les amortisseurs sont utilisés d'une manière similaire aux vélos de montagne, permettant au cycliste de piloter son véhicule avec la mobilité des skis, mais la stabilité d'une chenille véhicule.

La motoneige et l'environnement

Des clôtures et des barrières entourent souvent les autoroutes et les routes modernes pour protéger la faune des automobiles et vice-versa. Mais les motoneiges, conçues pour gérer des terrains variés, peuvent souvent voyager là où les autres véhicules ne le peuvent pas. Cela a soulevé des préoccupations que l'industrie de la motoneige et les agences environnementales ont dû régler.

L'échappement du moteur est une préoccupation majeure. Comme pour les voitures, les moteurs de motoneige rejettent des gaz d'échappement dans l'atmosphère. Étant donné que les motoneigistes se déplacent souvent dans des parcs ou des zones sauvages qui ne sont pas couramment utilisées par les véhicules à moteur, l'effet des gaz d'échappement sur l'environnement a été étudié à mesure que le passe-temps gagne en popularité.

La circulation des motoneiges est limitée aux sentiers désignés dans de nombreuses régions comme les parcs nationaux. Cela garantit que la circulation des véhicules perturbe le moins possible la faune et la végétation. Les sentiers de motoneige suivent souvent des sentiers préexistants ou des lits de rivières, de sorte que peu de modifications doivent être apportées au cadre naturel. La présence de guides de sentiers et de commissaires sur les terres publiques permet d'assurer le respect des règles et règlements.

Le bruit est un autre problème. Les premières motoneiges produisaient des niveaux de bruit de moteur d'environ 100 décibels, comparables à ceux d'un camion diesel, dérangeant à la fois les humains et les animaux à proximité. Les progrès technologiques utilisés dans d'autres véhicules automobiles pour réduire le bruit sont également utilisés dans les motoneiges, comme le rembourrage en mousse entre le moteur et le capot et les régulateurs sur les mécanismes d'échappement et d'admission.

Les études sur l'impact environnemental des motoneiges sont loin derrière celles qui étudient les automobiles, simplement parce que les automobiles sont utilisées en beaucoup plus grand nombre, dans une zone beaucoup plus vaste: il y a environ quatre millions de motoneiges dans les régions les plus froides de l'Amérique du Nord, comparativement à près de 200 millions d'automobiles rien qu'aux États-Unis. Cependant, la popularité des motoneiges porte la responsabilité de protéger l'environnement, ainsi que le motard.

La motoneige et la sécurité

Les motoneiges modernes sont faites de matériaux plus légers et plus durables et de moteurs plus rapides et plus économes en carburant. Cela procure une plus grande excitation au cycliste, mais augmente également la possibilité d'accidents.

Une motoneige peut peser plus de 600 livres, sans compter le poids du conducteur. La taille des moteurs peut atteindre 1000 centimètres cubes (61 pouces cubes), comparable à une moto de taille moyenne, avec des vitesses maximales proches de 90 mi / h sur des motoneiges plus légères et hautes performances. Les motoneiges ont l'avantage d'être plus basses et plus larges que les motos, ce qui réduit le risque de basculement, mais les motards peuvent être projetés plus facilement en raison de leur conception ouverte. Les distances de freinage sur la neige et la glace sont également plus longues que sur les routes asphaltées, en raison d'une traction réduite sur les terrains humides.

Les vêtements de protection ont une double fonction pour les motoneigistes - ils doivent les protéger non seulement des dangers causés par la vitesse et le bruit, mais aussi du froid et du vent. Les vestes et pantalons imperméables en nylon souvent arborés par les motoneigistes sont très similaires à ceux portés par les snowboarders et les skieurs. L'accent est mis sur le maintien du cycliste au chaud et au sec, avec des couches intérieures évacuant l'humidité vers l'extérieur.

De même, les casques de motoneige s'inspirent fortement des conceptions de motos. Plusieurs grands fabricants conçoivent des modèles pour les motoneigistes, les motocyclistes et les conducteurs de véhicules tout-terrain. (Voir la barre latérale dans Comment fonctionnent les motos pour la conception de base du casque). Les casques de motoneige ajoutent un revêtement antibuée à la visière; de l'air froid et humide à l'extérieur rencontre une respiration chaude à l'intérieur provoquerait de la condensation autrement. De nombreux casques intègrent également une protection respiratoire au-dessus de la bouche et du nez, qui garde l'air entrant plus chaud tout en éloignant le souffle chaud de la visière.

Les gants et les bottes sont des accessoires importants, tout comme les doigts et les orteils particulièrement vulnérable aux engelures par temps froid. Les gants de motoneige combinent généralement des paumes épaisses (pour la durabilité tout en tenant le guidon) avec des doigts et des poignets articulés (pour la mobilité lors du freinage et de la direction). Les modèles de bottes populaires intègrent des semelles en caoutchouc épaisses avec des poignées lourdes et des doublures amovibles qui peuvent sécher rapidement entre les sorties. Bien entendu, ces accessoires doivent également être étanches.

En fin de compte, la sécurité de la motoneige dépend de la personne au guidon. Chaque État et province établit ses propres règlements concernant les casques et les licences, les parcs nationaux et les sentiers privés imposant souvent des règlements supplémentaires aux coureurs.

Des organisations telles que le Conseil canadien des organisations de motoneige et le Conseil américain des associations de motoneige représentent les associations et clubs de motocyclistes locaux et régionaux, défendant souvent en leur nom lors de discussions sur la sécurité et la législation. Ils travaillent également à l'uniformité de la signalisation des sentiers et du réseautage des sentiers de motoneige, et font la promotion du tourisme entre les amateurs canadiens et américains et leurs homologues en Europe.

RETROUVEZ NOS RANDONNEES EN MOTONEIGE